Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les économistes sont très partagés à propos des effets de la mondialisation, car même si la plupart des classes sociales en souffrent (à des degrés divers) certains économistes pensent tout de même que le système peut perdurer un bon moment grâce à l'augmentation de la consommation des ménages les plus riches. C'est en tout cas la thèse que défend Paul Krugman dans le Monde (lire ICI) lorsqu'il dit : " qu'il voudrait croire à la thèse de la dangerosité des inégalités mais, dit-il, la demande des plus riches pour les objets de luxe a remplacé la demande des classes moyennes et le modèle peut durer.". C'est évidemment d'un cynisme absolu, mais il est vrai que cette thèse a des adeptes dans le monde entier et pour le moment, il faut reconnaître que ce postulat fonctionne encore. Cependant, la réalité pourrait bien rattraper ces économistes tant la confiscation a atteint des sommets que l'on aurait pu soupçonner il y a quelques années seulement. Le même article nous apprend en effet que "Depuis la crise, 90% de la croissance est allée aux 1% les plus riches" avec, a t-on envie d'ajouter, les conséquences que l'on connaît ! Dans le même ordre d'idée, on apprend, toujours dans le même article que l'euro-zone a réalisée 107 milliard d'Euros d'excédents commerciaux dans les douze derniers mois. La preuve que l'Europe ne se porte pas mal du tout. Alors la crise ne serait-elle qu'un leurre, un artefact pour mieux s'attaquer aux droits sociaux hérités d'après guerre comme le suggère un article du grand soir déjà cité précédemment (LA) qui développe précisément cette thèse ? Une chose est sure, tout converge dans la même direction, celle d'un accaparement des richesses mondiales par une toute petite minorité mais toute puissante, ce qui est sans précédent dans l'histoire de l'humanité.

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :