Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alcatel-Lucent a confirmé son intention de mettre en œuvre un vaste plan social sur l'ensemble de ses unités de production. La firme franco américaine prévoit en effet de supprimer 15 000 postes à travers le monde et prétend dans le même temps qu'elle créera 5 000 nouveaux emplois. Mais qui pourra vérifier que la direction tiendra ses engagements ? Concrètement cela se traduira par la disparition d'un site sur deux.

En France, les salariés d'Alcatel-Lucent paieront aussi un lourd tribut. 900 postes sont supprimés sur les 8 3000 existants. 2 sites importants sont rayés de la carte, Rennes et Toulouse. De nombreux salariés devraient être également mutés sur d'autres sites. L'accord ANI devrait faciliter la tâche à la direction générale de l'entreprise qui pourra imposer de telles mutations qui si elles étaient refusées par les salariés permettrait à l'employeur de licencier les récalcitrants pour raisons personnelles (au lieu de le faire pour des raisons économiques) avec à la clé, beaucoup moins de droits et un accompagnement au rabais grâce aux facilités que lui offre l'accord ANI signé par la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC.

C'est le sixième plans social depuis la fusion entre Alcatel et Lucent. de quoi s’interroger à propos de ces regroupement industriels qui sont toujours présentés à l'opinion publique comme des garanties pour préserver l'emploi alors que l'on assiste à chaque fois au scénario inverse.

Pour les salariés d'Alcatel et Lucent la note est salée.8 500 suppressions d'emplois en 2012 ( lire ICI) et 15 000 cette fois ci dont au minimum les 900 en France que la direction veut bien reconnaitre. Et la descente aux enfers n'est probablement pas terminée.

sur ce sujet lire aussi :France Info, La Tribune, L'Expansion, L'Humanité

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :