Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le ministre du travail, Michel sapin vient de donner sa feuille de route pour une négociation entre le MEDEF et les organisations syndicales, portant le la réforme du marché du travail. Vaste programme s'il en est, d'autant que les pistes fortement suggérées par le gouvernement peuvent prêter à des interprétations très différentes selon les protagonistes qui se mettront autour de la table des négociations...

Notons au passage que les syndicats trop revendicatifs (comme Solidaires qui rassemble en son sein les syndicats SUD) n'y seront certainement pas conviés. Voici les quatre thèmes proposés à la négociation et que nous révèlent les médias et notamment Le parisien :  "réduire la précarité sur le marché du travail, progresser dans l'anticipation des évolutions de l'activité, améliorer les dispositifs de maintien de l'emploi face aux aléas conjoncturels et améliorer les procédures de licenciements collectifs".

Déjà Bernard Thibault a prévenu le gouvernement dans un interview accordé à l'humanité dimanche : "On ne nous fera pas avaler n'importe quelle couleuvre". Compte tenue des revendications clairement affichées par le MEDEF lors de ses journées d'été auxquelles le premier ministre a assisté, il est peu probable que les "partenaires sociaux" comme il est convenu de les appeler, puissent trouver un terrain d'entente. On peut même raisonnablement penser que le clash est inévitable. Encore que l'on ne connaisse pas vraiment les intentions de certains syndicats qui se revendiquent eux même comme réformistes (CFDT, FO, CFTC, UNSA). La CGT, Solidaires et la FSU pourraient se retrouver à défendre une ligne plus revendicative. Une négociation qu'il faudra suivre de prèt, même si l'on sait fort bien que sans l'appui des salariés dans la rue, ce genre de grand messe ne mène pas à grand chose.

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :