Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout le monde se souvient de la mesure de crédit d'impôts prise par le gouvernement pour aider les entreprises (et notamment les plus petites d'entre elles) à créer des emplois et à se développer. Des mesures qui font partie de dispositions imaginées par des économistes pour relancer l'économie. Mais voila, les choses ne sont pas aussi simples qu'elles n'y paraissent, car les grands groupes sont toujours à l'affut de quelques profits supplémentaires et n'hésitent pas à se saisir de toutes les opportunités pour arriver à leurs fins. C'est ce qui s'est passé avec le crédit d'impôts.

Plusieurs grands groupes se sont empressé de contacter leurs fournisseurs pour que ces derniers leur consentent des remises équivalentes ou proportionnelle au gains que ces dernières pourraient espérer via le crédit d'impôts accordé par le gouvernement. Plusieurs de ces fournisseurs témoignent (parfois de manière anonyme) dans le Parisien (lire ICI). Si de telles pressions étaient avérées, et elles le sont dans certains cas, des grands groupes ayant fait part de leur exigences par mail, cela pourrait être assimilé à du racket.

En clair, cela signifie que des dispositions mis en place afin d'aider les petites entreprises à faire face à une situation économique difficile risquent au final de les mettre en difficulté face aux grands groupes.  Cela pourrait  bien accentuer les distorsions entre les uns et les autres. Bien sur Fleur Pellerin, la ministre en charge du numérique ne décolère pas et promet qu'il y aura des sanctions à chaque fois que de telles pressions seront avérées. Mais des preuves, il n'y en aura pas toujours, loin sans faut, d'autant que maintenant qu'elles sont connues, elles se feront plus discrètes, mais perdureront car la logique du profit est consubstantiel au libéralisme.

Ce n'est donc pas aux effets de la concurrence déloyale à quoi il faut s'attaquer, mais aux causes de celles-ci. Le reste n'est que bricolage. Et comme tout bricolage cela ne tient pas longtemps, surtout face au rouleau compresseur du libéralisme. Le gouvernement devra donc revoir sa copie. Une fois de plus a t-on envie d'ajouter.

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :